OUEST FRANCE, le 23/03/2018

Josephine Baker entre au lycée des Andaines

Morgane Renard, proviseure adjointe, dans la salle polyvalente qui portera le nom de Joséphine Baker à partir de lundi prochain.
Morgane Renard, proviseure adjointe, dans la salle polyvalente qui portera le nom de Joséphine Baker à partir de lundi prochain.

La salle polyvalente de l'établissement va être baptisée du nom de l'artiste qui lutta pour la liberté et contre le racisme. Morgane Renard, initiatrice du projet, explique ce choix.

Entretien

Morgane Renard, proviseure-adjointe.

Pourquoi identifier cette salle ?

Celle-ci existe depuis 2004 et à mon arrivée, en 2015, j'ai constaté qu'elle était utilisée par les élèves et aussi par des personnes extérieures que j'accueillais : université inter-âges, collège Jacques Brel, ville et autres associations. Il me semblait judicieux, pour les utilisateurs, de mieux identifier cette salle. J'ai souhaité que cette dénomination soit incarnée par un personnage symbolique féminin car beaucoup de lieux sont symbolisés par des célébrités masculines.

Pourquoi Joséphine Baker ?

Nous voulions recueillir l'adhésion des usagers de l'établissement autour d'une personnalité commune. Nous avons consulté les instances représentatives du lycée : conseil de vie et maison des lycéens, conseil pédagogique et d'administration.

Ces instances ont proposé treize personnalités sélectionnées en raison de leur notoriété et de leur action pour la défense des conditions féminines. On souhaitait aussi que le choix se porte aussi sur une célébrité contemporaine (XXe siècle) ayant vécu en France.

Durant le deuxième semestre de l'année 2016-2017, nous avons réalisé une enquête auprès de nos 400 élèves et 73 membres du personnel. Joséphine Baker est arrivée en tête (39 %), tant du côté des élèves que du personnel, suivie de Gisèle Halimi et Yvette Roudy.

Quelles sont ses qualités ?

C'est une femme noire, une célébrité artistique. Elle est née aux États-Unis en 1906 et décédée à Paris en 1975. Elle a lutté toute sa vie contre les préjugés raciaux et sexistes sous le voile de l'humour, de l'amusement et de la chanson (j'ai deux amours, par exemple). Le spectacle était son angle d'attaque privilégié pour faire évoluer les mentalités. Elle s'est engagée dans la résistance et dans l'armée comme pilote, puis pour la croix rouge. À partir de 1947, elle adopte douze enfants d'origines différentes qui constituent sa tribu arc-en-ciel. Elle a lutté contre la ségrégation raciale aux États-Unis et pour les droits civiques. Elle participe en 1963 à la marche vers Washington pour le travail et la liberté organisée par Martin Luther King

Et l'inauguration ?

 
Elle est prévue lundi. Des usagers du lycée et de la salle, des élus, Cécile Zaplana, sous-préfète d'Argentan, ainsi qu'un fils adoptif de l'artiste Jean-Claude Bouillon-Baker seront présents. Une exposition sera présentée. Une plaque préparée au lycée sera dévoilée, ainsi que la photo de l'artiste.