Mardi 3 octobre, la classe de première MACB s'est rendue à Falaise aux Mémorial des Civils puis à Potigny sur les traces de la vie et de la culture ouvrières associées à l'exploitation de la Mine de Soumont.

La journée a débuté par la visite du Mémorial de Falaise qui retrace le quotidien des civils sous l'occupation.

Le groupe a ensuite découvert Potigny. Munis de plan et de questionnaire, les élèves sont allés d'une borne d'information à l'autre à travers toute la cité pour recueillir des éléments d'information historiques.

Tout commence en 1907 à l'ouverture de la Mine de fer de Soumont. Potigny n'est alors qu'un tout petit village rural de moins de 300 habitants. La Société Minière de Normandie (SMN) construit alors des logements et crée des conditions d'accueil visant à attirer un maximum de travailleurs. D'abord originaires de Méditerranée, c'est ensuite des pays de l'est qu'ils arrivent massivement et plus particulièrement de Pologne. En 1930, 63% de la population de Potigny est d'origine étrangère. La population ne cesse de croitre pour atteindre son maximum en 1962 avec près de 3000 habitants. La modernisation, puis la concurrence des minerais étrangers auront raison de l'activité minière locale. La mine fermera définitivement en 1989.

A 15h, la classe a rejoint le carreau (ensemble des installations de surface de la mine) du Livet. C'est l'un des trois carreaux de la Mine de Soumont. Le carreau du Livet se situe sur la commune de Saint-Germain-le-Vasson. M. Perez, ancien instituteur et ancien maire de la commune, deux ancien mineurs de fond et un sidérurgiste ont guidé la visite. Entre souvenirs et explications techniques, ils ont su faire partager leur passion pour ce patrimoine hors norme.

C'est une page d'histoire souvent méconnue de la Normandie, de son passé minier, de son statut de terre d'immigration, qu'ont pu découvrir les lycéens lors de cette journée .